2017 - CM1-CM2 Laetitia, Laetitia

Le Musée s’est invité à l’école…

Florence, venue du Musée de Saint Rémy, a sensibilisé les élèves à l’évolution de l’écriture. Merci à elle pour le temps qu’elle nous a accordé, le partage de sa passion!

Elle a fait réfléchir les enfants sur les notions de musée, d’archéologie, d’invention de l’écriture, d’alphabet, de sens de l’écriture…

  • Ainsi, ils se sont rappelés que l’écriture a été inventée en Mésopotamie dans une civilisation orale, pour faciliter le commerce, pour comptabiliser, pour conserver et transmettre. L’écriture a aussi permis aux chefs d’affirmer leurs pouvoirs.
  • Il ne faut pas confondre langue et alphabet. De nombreuses langues utilisent le même alphabet. Tout le monde n’utilise pas le même alphabet, même à l’époque de l’invention de l’écriture! Elle est différente en Egypte, en Arabie du sud, en grec, en latin, en nabatéen…
  • Les supports aussi ont évolué: tablettes en argile, papyrus (tiges de la plante coupées en lamelles puis croisées, mouillées et séchées), vaisselle cassée, cire (réutilisable), parchemin en peau d’animal mort-né, du bois, des carapaces de tortue, le papier (inventé par les chinois à partir de feuilles de chanvre)…

L’idéogramme représente: on a une idée, on la dessine. On va simplifier ses dessins pour obtenir des signes cunéiformes.

  • En Egypte, les hiéroglyphes sont simplifiés en hiéroglyphes cursifs puis hiératiques. Ils sont utilisés en rouge (pour marquer le début du texte, mettre en avant une nouvelle idée) et en noir. Il n’y a pas de mise en page, on remplissait tout car le papyrus était cher.

Le « L » n’existait pas lors de l’Egypte ancienne… Il a été inventé pour les grecs qui avaient besoin de cette lettre.

Les phéniciens récupèrent des symboles dans beaucoup d’alphabet. La tête de boeuf des hiéroglyphes est devenue notre A!

Ensuite, les enfants ont reçu l’écriture cunéiforme de la Mésopotamie, par petits clous, puis les hiéroglyphes et ont écrit leur prénom sur une feuille de papier puis de papyrus.

Après son prénom, chacun ajoutait un symbole pour indiquer s’il était enfant, homme, femme ou pharaon.

Ils ont ensuite gravé leur prénom sur une tablette d’argile, en écriture cunéiforme avec un stylet (une baguette chinoise en l’occurence!).

Au printemps, nous nous rendrons, avec la classe de Marie, au Musée pour poursuivre nos découvertes! Vous en saurez plus dans quelques temps!!